Skip Navigation Links. Skip Navigation Links.


site officiel du magazine patrimoine normand



site officiel du magazine patrimoine normand Page Rank : reference-toi.com : Google Page Rank

Site internet :
www.patrimoine-normand.com


Information meta site internet
description :
patrimoine normand, le magazine référence de l'histoire et de la culture normande. normandie culture histoire terroir tradition tourisme

Mot cles :
patrimoine normand magazine normandie culture histoire tourisme

Lecture flux Rss referencement
La renaissance du moulin de Livet

Michel Leseur a conçu de beaux projets pour le moulin de Livet (© Virginie Michelland).

Livet-sur-Authou fait partie de ces charmants villages où un cadre bucolique sert d'écrin à un patrimoine préservé. Le Torrent; un ruisseau beaucoup moins tumultueux que son nom semble l'indiquer; y faisait autrefois tourner six moulins. Parmi eux; le moulin de Sainte-Marie; daté de 1872 ; un moulin à blé; composé de cinq bâtiments présentant de vastes espaces. Michel Leseur; élu local et président de l'Association patrimoniale et culturelle du Moulin Sainte-Marie; nourrit de beaux projets pour sa réhabilitation. Surtout depuis que l'Intercom Bernay Terres de Normandie l'a intégré dans son contrat de territoire…

Tout en confiant la restauration de la roue et des vannages aux élèves du lycée professionnel voisin (le lycée Boismard de Brionne); les bâtiments recevront à l'avenir chacun une affectation; qui leur donnera une nouvelle vie. Les Miquelots (pèlerins du Mont-Saint-Michel) pourront ainsi faire halte dans le bâtiment longeant la route; qui deviendra un gîte d'étape. Le bâtiment principal; composé du moulin en lui-même et du logement du meunier; offrira un espace d'exposition idéal pour mettre en valeur le patrimoine des confréries de charité; ou l’œuvre du sculpteur Louis-Aimé Lejeune. Les associations locales pour leur part; y trouveront un tiers-lieu appréciable pour toutes leurs activités.

La roue sera restaurée par les élèves du lycée professionnel Augustin-Boismard (© Virginie Michelland).

La roue sera restaurée par les élèves du lycée professionnel Augustin-Boismard (© Virginie Michelland).

Il est aussi question de réhabiliter l'ancienne bergerie; qui abriterait à nouveau des animaux; ou encore la petite ligne de chemin de fer reliant autrefois Cormeilles à Glos-Montfort.
D’intéressants projets que nous ne manquerons pas de suivre…

Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Virginie Michelland.

Abonnement Patrimoine Normand
 


Un été très « médiéval »

Le parc Ornavik; à Hérouville-Saint-Clair (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
 

On le sait : depuis quelques années; grâce notamment à la volonté du conseil régional de mettre en avant toute l’histoire de la Normandie; le Moyen Âge a le vent en poupe. Par ailleurs; de nombreuses troupes d’histoire vivante s’emploient depuis deux décennies à restituer costumes; savoir-faire et modes de vie de nos lointains ancêtres. Il y aura donc durant les mois de juillet et août de nombreuses fêtes médiévales disséminées sur tout le territoire.

Le parc Ornavik notamment; centre d’interprétation viking situé à Hérouville-Saint-Clair; dans le domaine de Beauregard; sera ouvert tous les mercredis; jeudis et dimanches (de 10h à 18h30) avec en point d’orgue; du vendredi 19 au dimanche 21 juillet; un grand rassemblement de Vikings; de Carolingiens et de Normands (www.ornavik.fr).

Les Médiévales de Falaise (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Les Médiévales de Falaise (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). 

À Domfront-en-Poiraie; les Médiévales ont lieu un an sur deux et 2019 est le bon millésime. Direction donc le Passais les 3 et 4 août; pour des combats de chevalerie et des chants de ménestrels… (domfrontmedievales.wixsite.com). Les traditionnelles Médiévales du château de Crèvecœur-en-Auge se tiendront pour leur part sur toute une semaine du 4 au 11 août (www.chateaudecrevecoeur.com). Pour les Médiévales de Falaise; autour de la vénérable forteresse où naquit Guillaume le Conquérant; réservez votre week-end des 10 et 11 août (www.chateau-guillaume-leconquerant.fr).
Et il y aura forcément quelque chose près de chez vous. La plupart des événements sont recensés sur le site www.normandie-tourisme.fr (rubrique « À voir; à faire »; puis « La Normandie médiévale »).

Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Stéphane William Gondoin.

Abonnement Patrimoine Normand

LIBRAIRIE « MOYEN ÂGE »:



Les îles Chausey

Les îles Chausey. Il y a cinquante-deux (ou cinquante-trois) îles et îlots à marée haute (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).


 
Extrait Patrimoine Normand N°15.
Par Jean de Longaunay.

Les îles normandes sont; dans leur majorité; restées sous la suzeraineté de la Duchesse de Normandie qui est aussi Reine d’Angleterre. En Baie de Seine; il nous reste les îles Saint-Marcouf; et Tatihou et; face au large; les îles Chausey. Ce petit archipel; partie intégrante de la commune de Granville depuis 1804; est un espace changeant; magique et merveilleux au gré des marées les plus fortes du monde.


à seize kilomètres à l’ouest de Granville; le bateau vous emmène dans cet archipel formé de 52 îles jamais recouvertes par la marée. Mais nous sommes là au nord de la Baie du Mont Saint-Michel avec les plus grandes marées d’Europe et une amplitude pouvant atteindre quinze mètres dégageant; à marée basse; 5 000 hectares de grèves et « 365 rochers » ! Selon la marée; cet archipel se présente sous deux aspects très différents. Et; pourtant; seules deux îles disposent d’habitations : Anneret et la Grande île. Cette dernière mesure deux kilomètres de long sur 200 à 700 mètres de large.

L'arrivé en bateau sur les îles Chausey. La pointe de la tour (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

L'arrivée en bateau sur les îles Chausey. La pointe de la tour (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).


Cet archipel fut constitué et détaché du continent il y a 10 000 ans avec la remontée des océans. Il y eut des établissements protohistoriques sur la Grande île; des fouilles récentes ont permis de mettre en évidence un cercle mégalithique et d’autres monuments de cette époque. Les Vikings vont ensuite s’installer dans cet archipel comme ils le firent dans les îles situées plus au nord; la finale de leurs noms le rappelle : ey en vieux-scandinave désigne une île – ce sont Alderney (Aurigny); Guernesey; Jersey et Chausey. Le nom du Sound; chenal entre la Grande île et les îles du Petit et du Grand Puceau; re...

 

Il vous reste 84 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 


Albert de Monaco et la Normandie

Le 5 juin 2019; Valérie Cuvelier et Fabrice Corbin ont accueilli le prince Albert II de Monaco; au musée du Mur de l’Atlantique de Ouistreham (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
 

Nous vous en avons parlé à maintes reprises : SAS le prince Albert II de Monaco entretient un lien privilégié avec la Normandie en général; Granville en particulier; berceau de l’une des branches de sa famille. Le 25 avril dernier; il était une nouvelle fois sur les côtes de la Manche; afin d’assister au musée Dior de Granville au vernissage de l’exposition Grace de Monaco; princesse en Dior; organisée pour le 90e anniversaire de la naissance de sa mère. Celle-ci fut en effet longtemps l’une des égéries du célèbre couturier; auquel elle vouait une admiration sans bornes : quatre-vingt-dix de ses tenues; pour la plupart prêtées par la famille princière et habituellement conservées au palais de Monaco; ont été réunies pour l’occasion et resteront visibles jusqu’au 17 novembre prochain. Cet événement déplace déjà les foules et le musée ne pouvant accueillir plus de 50 personnes en même temps; il faut prévoir un certain temps d’attente à l’extérieur avant de pouvoir entrer.

Le 25 avril 2019. Inauguration de l'exposition Grace de Monaco; princesse en Dior au musée Dior de Granville (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Le 25 avril 2019. Inauguration de l'exposition Grace de Monaco; princesse en Dior au musée Dior de Granville (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Bis repetita au mois de juin; cette fois dans le cadre des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie. Albert II a notamment participé à des commémorations à Sainte-Mère-Église et à l’hôpital Mémorial France États-Unis de Saint-Lô. Il a également effectué un crochet à titre privé le 5 juin par le musée du Mur de l’Atlantique; dans le grand bunker de Ouistreham (http://museegrandbunker.com – Tél. : 02 31 97 28 69).

 

GALERIE PHOTOS :
 

Musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). 5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). 5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique de Ouistreham; en compagnie de Fabrice Corbin (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Frank Mouqué; vétéran anglais (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). 5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
5 juin 2019; visite du prince Albert de Monaco au musée du Mur de l'Atlantique; à Ouistreham (photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Stéphane William Gondoin.

Abonnement Patrimoine Normand

LIBRAIRIE SECONDE GUERRE MONDIALE :



Exposition « Victor Binet - le réalisme en paysage » au musée Alfred-Canel

L'exposition « Victor Binet - le réalisme en paysage » au musée Alfred-Canel; Pont-Audemer (DR).

L'œuvre de Victor Binet; peintre normand de renommée internationale sous la IIIe République; est à l'honneur au musée Alfred-Canel de Pont-Audemer; jusqu'au 22 septembre 2019.


DATE : 
Du 4 mai au 22 septembre 2019.
LOCALISATION :
Pont-AUDEMER (14)

 

Victor Binet (1849; Rouen–1924; Routot) fut un paysagiste français de renommée internationale sous la IIIe République. Installé à Paris; il a peint les paysages de la banlieue sud et les villages de la Marne.

Il est aussi resté très attaché à la campagne normande qui l’a vu grandir. La famille est originaire de Saint-Aubin-sur-Quillebeuf; village situé à quelques kilomètres de Pont- Audemer. C’est pourquoi la Seine et son estuaire figurent à maintes reprises dans ses toiles.

Loué de son temps; l’œuvre de Victor Binet a progressivement perdu la notoriété qu’elle mérite. Ce fait s’explique en partie par une tendance de l’histoire de l’art; dans la première moitié du XXe siècle; à ne retenir comme sujets d’étude que les avant-gardes; au premier rang desquelles l’impressionnisme.

Victor Binet n’a pas adhéré à ce mouvement même s'il en a subi l'influence. Son œuvre se rattache davantage au courant naturaliste qui s’épanouit dans les années 1880-1910.

Le musée Alfred-Canel; qui conserve la plus grande collection publique d’œuvres de Victor Binet (huit peintures); souhaite réhabiliter cet artiste en lui consacrant une exposition monographique.

Celle-ci retrace son parcours artistique; des œuvres de jeunesse à celles de la maturité. Les tableaux du musée sont présentés dans l’exposition; à l’exception de Chemin de décharge; près Gentilly (1881) et Le Pont des Arts (1891) demeurés dans les collections permanentes en raison de leur format. Enfin; une section « dessins » est présentée dans la grande bibliothèque.

L’œuvre de Victor Binet s’inscrit dans la lignée de l’école française de paysage communément désignée sous l’appellation « école de Barbizon ». Comme Rousseau; Diaz et Dupré; Victor Binet peint des paysages sans histoire; ni anecdote; croqués sur le motif et retravaillés en atelier. Sa palette; dans les premières années de la décennie 1880 est comme celle de ses aînés; assez sombre. Elle s’éclaircit progressivement à l’instar de celle de ses contemporains; sans toutefois se laisser convertir à l’impressionnisme; mouvement le plus novateur de l’époque. Victor Binet se fait rapidement remarquer au Salon et acquiert sa première récompense en 1881 (mention honorable). Il gravit les échelons (médaille de 3ème classe en 1882; de 2ème classe en 1886) jusqu’à être hors-concours en 1887. À l’Exposition universelle de 1889; il obtient une médaille d’or ainsi qu’à celle de 1900. L’État lui achète des œuvres quasiment à chaque salon; dès 1882. Celles-ci rejoignent les collections des musées français (Caen; Grenoble; Paris; Amiens …). Il est alors un peintre reconnu; régulièrement mentionné dans la littérature artistique de l’époque. Les critiques louent ses qualités de fin observateur de la nature; son habileté à rendre les détails et les effets de lumière. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1894; puis officier en 1900. Il expose pour la dernière fois à Paris en 1909 et en Province; à Mulhouse; en 1911. S’ensuit alors un long déclin. Ses toiles se vendent plus difficilement. Victor est atteint de cécité. Il quitte Paris pour habiter chez sa mère à Saint-Aubin-sur-Quillebeuf; puis chez son frère Louis à Routot. Il meurt le 5 janvier 1924.

L'exposition « Victor Binet; le réalisme en paysage » au musée Alfred-Canel; Pont-Audemer (© Musée Alfred-Canel).

L'exposition « Victor Binet; le réalisme en paysage » au musée Alfred-Canel; Pont-Audemer (© musée Alfred-Canem).

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition « Victor Binet; le réalisme en paysage »
Du 4 mai au 22 septembre 2019.
lundi; mercredi; jeudi; vendredi de 14h à 18h samedi; dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.
Entrée gratuite.

Musée Alfred-Canel
64 rue de la République
27500 PONT-AUDEMER
Tél. : 02 32 56 84 81
Tous renseignements ici : ville-pont-audemer.fr

 
Article publié par Rodolphe Corbin - Dossier de presse Musée Alfred-Canel.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL

Abonnement Patrimoine Normand
 


Roger Martin du Gard

Roger Martin du Gard. 1881-1958 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°110.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Quand la Normandie n’enfante pas directement de grands écrivains (citons Malherbe; Flaubert; Maupassant; Allais…); eh bien elle les attire à elle comme des lucioles : ainsi Hugo; Prévert; Sartre (pas de son plein gré); Proust ou encore Roger Martin du Gard. Né à Neuilly dans une famille de juristes; ce dernier aime poser ses valises au château du Tertre; à Sérigny; à l’origine une propriété de la famille de son épouse; qu’il rachète à son beau-père. C’est là; dans un bureau aux fenêtres donnant sur l’insondable forêt de Bellême; qu’il compose sa célèbre saga romanesque; Les Thibault; racontant la destinée de deux familles dans une France de la « Belle Époque » glissant doucement sans bien s’en rendre compte vers la Première Guerre mondiale (encore elle !). Cette œuvre gigantesque lui vaudra le prix Nobel de littérature en 1937. Dans sa demeure percheronne; où il s’éteindra le 22 août 1958; il reçoit les sommités littéraires de son temps; tels que Gide; Malraux; Camus… Excusez du peu ! Le personnage est réputé doux; timide; discret; bienveillant. Bref; un homme de bonne volonté…
 




Abonnement Patrimoine Normand
 


Émile Chartier

Émile Chartier. 1868-1951 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°110.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Né à Mortagne-au-Perche; il est plus connu sous son nom de plume; Alain; qu’il emprunte à son homonyme; Alain Chartier; normand comme lui; poète au temps des rois Charles VI et VII. Juste Alain donc; est d’abord un philosophe; qui publie une quantité phénoménale d’ouvrages et notamment des Propos; ensemble de courtes réflexions sur divers sujets. On aime bien Propos sur le bonheur : tout est dans le titre… Pacifiste convaincu; Alain sent arriver la Première Guerre mondiale et fait tout pour prévenir du danger. Lorsqu’elle éclate; il se résigne et s’engage. Il en ressort bouleversé par ce qu’il a vécu et convaincu que l’on doit éviter qu’un tel événement ne se reproduise. Devenu impotent; il milite néanmoins au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Consterné par la déclaration de guerre en 39 et la défaite de 40; il vit en quasi reclus et ne prend aucune position politique publique. Malgré sa discrétion; on lui reproche aujourd’hui d’avoir confessé à son Journal; qu’il tient pour lui-même et seulement publié en 2018; son antisémitisme latent et quelques penchants pour un moustachu braillard en juillet 1940; parce qu’il veut que la guerre s’arrête. Certes très condamnable; aucune ambiguïté sur ce point. Mais tout de même un peu court pour le jeter dans les poubelles de la philosophie; comme le voudraient certains. Le discret Alain ne fut tout de même ni Brasillach ni Drieu la Rochelle ni Louis-Ferdinand Céline…

Exposition « Alain - Né Émile Chartier » à Alençon

Exposition « Alain (1868-1951) - Né Émile Chartier » à l’Hôtel du Département de l'Orne - Alençon; en 2018 (photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).




Abonnement Patrimoine Normand
 


Nouveau sentier de découverte à l'espace naturel sensible des marais des Ponts d'Ouve

Nouveau sentier de découverte à l'espace naturel sensible des marais des Ponts d'Ouve (© G.Hédouin).
 

Depuis le mois d'avril; de nouveaux aménagements de découverte sont proposés à l'espace naturel sensible des marais des Ponts d'Ouve.

L'objectif est de faire découvrir le marais et sa biodiversité en éveillant la curiosité des visiteurs et en stimulant leurs sens.

Le guide est la conservatrice du site; Marie Palustre; personnage fictif qui partage ses carnets de terrain et ses suivis scientifiques.

En parcourant le site; le public devient « acteur » en utilisant les nombreux aménagements ludiques disposés le long du parcours et les « carnets » de Marie.

Le tracé du cheminement principal est conservé; puisqu'il permet de parcourir l'ensemble du site d'une façon progressive vers un marais de plus en plus sauvage. Mais des sentiers sont ajoutés pour conforter cette logique et rentrer un peu plus dans l'intimité du marais.

Nouveau sentier de découverte à l'espace naturel sensible des marais des Ponts d'Ouve (© G.Hédouin).

Nouveau sentier de découverte à l'espace naturel sensible des marais des Ponts d'Ouve (© G.Hédouin).

 
INFORMATIONS PRATIQUES :

Maison du Parc
3; village Ponts-d'Ouve
Saint-Côme-du-Mont
50500 CARENTAN-LES-MARAIS
Tél. : 02 33 71 65 30
www.parc-cotentin-bessin.fr

 

Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Rodolphe Corbin.

Abonnement Patrimoine Normand


La mémoire visuelle normande sur la toile

Le Site Internet Mémoire Normande (DR).
 

Depuis 1986; l’agence Normandie images s’emploie à collecter; numériser et conserver des films inédits; le plus souvent réalisés par des amateurs; et qui ont une valeur historique; culturelle; sportive; touristique; sociale et économique pour notre région. Au total; plus de 3 800 bobines; remontant pour les plus anciennes aux années 1920; ont été déposées par plus de 270 particuliers ou organismes. Ces documents sont mis en ligne sur le site www.normandieimages.fr.

Deux enfants et leur âne; en compagnie de soldats allemands pendant l`Occupation  ( Fonds Pottier/La Fabrique de patrimoines en Normandie).

Deux enfants et leur âne; en compagnie de soldats allemands pendant l'Occupation  (© Fonds Pottier/La Fabrique de patrimoines en Normandie).

De son côté; La Fabrique de patrimoines est un établissement public créé en 2015. Son ethnopôle s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire afin de connaître et de faire découvrir la diversité des groupes sociaux de la région. C’est dans ce cadre qu’elle collecte et numérise des archives iconographiques et audiovisuelles liées à la Normandie. Tous renseignements sur son site Internet; www.lafabriquedepatrimoines.fr. Ces deux acteurs majeurs de la préservation et de la diffusion du patrimoine normand; s’unissent pour co-réaliser le site Internet Mémoire Normande (www.memoirenormande.fr); où sont regroupés leurs fonds respectifs. Des milliers de photos et de films sont ainsi mis à la disposition de tout un chacun; pour un voyage en Normandie à travers le XXe siècle; depuis l’ère bénie des grands transatlantiques jusqu’aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale. Du repas de famille à l’excursion en campagne; c’est donc un pan entier de l’histoire régionale; à travers le quotidien de nos pères et mères; que l’on vous invite ici à explorer.

Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Stéphane William Gondoin.

Abonnement Patrimoine Normand

LIBRAIRIE SECONDE GUERRE MONDIALE :



Tous a la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours

L'exposition « Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIsiècle à nos jours » au Pavillon; Caen (© www.symbole.me).

Une exposition de la Cité de l'architecture & du patrimoine; du Centre des monuments nationaux; de la ville de Royan et du CAUE de Charente Maritime à découvrir au Pavillon de Caen.


DATE : 
Du 19 juin au 29 septembre 2019.
LOCALISATION :
Caen (14)

 

Exposition dressant un panorama de l’histoire des villes balnéaires en France; au regard des pratiques européennes; du XVIIIe siècle à nos jours. Architecture; urbanisme; œuvres d’art et objets du quotidien racontent la conquête progressive des bords de mer.

Des premiers bains de mer pratiqués à des fins curatives aux constructions de grands hôtels; casinos; villas; marinas; villages et clubs de vacances; l’exposition illustre la grande diversité des fronts de mer du territoire français - de la Manche à la Méditerranée - et ce nouveau rapport à la mer et au rivage. Peintures; clichés anciens; films; journaux et affiches présentés; retracent les affres des bains thérapeutiques; les mondanités des promeneurs; l’émerveillement des enfants et des familles à la mer; l’engouement croissant pour le littoral; ou encore les plagistes au soleil. Enfin l’exposition questionne le visiteur sur l’enjeu de la préservation de ces ensembles naturels et bâtis; ainsi que sur la ville balnéaire de demain; à l’heure de la mondialisation et du réchauffement climatique.

L'exposition « Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours » au Pavillon; Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

L'exposition « Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours » au Pavillon; Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

GALERIE PHOTOS :

Nathalie Montigné - Directrice du Pavillon; Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). Le Pavillon à Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Nathalie Montigné - Directrice du Pavillon; Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Le Pavillon à Caen (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
 
 
INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition « Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours »
Du 19 juin 2019 au 29 septembre 2019.
Jusqu’au 14 juillet; du mercredi au dimanche; 13h-19h (fermeture estivale du 15 au 29 juillet)
Du 30 juillet au 1er septembre; mardi au dimanche : 10h00 à 15h00.
Du 4 septembre au 29 septembre; mercredi au dimanche : 13h00 à 19h00.

Le Pavillon
10; quai François-Mitterrand
14000 CAEN
Tous renseignements ici : www.lepavillon-caen.com

 
Article publié par Rodolphe Corbin - Dossier de presse Le Pavillon.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL

Abonnement Patrimoine Normand
 


Nouveau à Argentan : le musée Fernand-Léger – André-Mare

Le musée Fernand-Léger – André-Mare à Argentan (© Ville d'Argentan).
 

La ville d’Argentan a mené le projet de réhabilitation de la maison d’enfance de Fernand Léger et propose ainsi un musée moderne et dynamique qui rend hommage à l’artiste; mais également à son ami d’enfance; André Mare.

De leurs premiers pas à Argentan jusqu’à leur renommée internationale; ce nouveau musée présente l’émulation entre les deux artistes; leurs influences et leurs choix artistiques; profondément marqués par leur Normandie natale.

Le musée invite à découvrir ces deux artistes majeurs du XXe siècle. Le parcours; ponctué d’outils numériques innovants; permet aussi de faire la lumière sur ce qui lie et éloigne Fernand Léger et André Mare. Le premier est un artiste peintre reconnu comme étant l’un des pionniers du cubisme; le second; excellent dessinateur; est un précurseur des arts décoratifs en France.

Le musée emprunte son architecture aux Constructeurs; œuvre majeure de Fernand Léger. Cette mise en abîme invite le public à plonger dans l’univers moderne et avant-gardiste de l’artiste.

 
INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Ouverture le 6 juillet 2019.
En juillet et août; du mardi au samedi : 10h00 à 12h30 / 13h30 à 18h00 - Dimanche : 13h30 à 18h00. De septembre à novembre; du mardi au dimanche : 13h30 à 18h00.

Musée Fernand-Léger – André-Mare
6; rue de l’Hôtel-de-Ville
61200 ARGENTAN
Tél. : 02 33 16 55 97
www.musee-fernand-leger-andre-mare.fr

 

Article publié dans Patrimoine Normand n°110; par Rodolphe Corbin.

Abonnement Patrimoine Normand


Feuilleter Patrimoine Normand N°110


PATRIMOINE NORMAND N°110
- juillet-août-septembre 2019 -

Cette version numérique du magazine est présentée en basse définition à titre d'aperçu. 
 
 
 


Le secret de l'Homme vert - Une énigme architecturale anglo-normande

Festival Jack in the green à Hastings en mai 2014 (© Duncan Price – Flickr.com – Sous licence CC BY-SA 2.0. https://creativecommons.org).


 
Extrait Patrimoine Normand N°110.
Par Serge Van Den Broucke.

De tous les motifs sculptés qui caractérisent l'architecture du Moyen Âge; il en est un qui ne cesse de susciter l'étonnement et l'interrogation; un personnage si étrange et aux interprétations si multiples que sa présence demeure encore aujourd'hui un grand mystère.


Observez attentivement le massif de façade de la cathédrale de Rouen : surmontant le portail latéral gauche qui donne accès au collatéral nord; du côté de la tour Saint-Romain; un magnifique tympan représente la vie des deux saints Jean; l'Évangéliste dans la partie supérieure avec sa mise au tombeau; et le Baptiste au dessous; dans la scène terrible de la décollation. Tandis que les voussures et les piédroits du portail datent du XIIe siècle; ce tympan; lui; a été réalisé au XIIIe siècle. En 2010; l'achèvement d'une importante campagne de nettoyage à l'aide de techniques com...
 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 


Forêt de Grimbosq - Randonnée au pays de la Bête de Caen !

Forêt de Grimbosq. Dans le parc animalier; le cerf élaphe (cervus elaphus) se laisse facilement observer (© Stéphane William Gondoin).


 
Extrait Patrimoine Normand N°110.
Par Stéphane William Gondoin.

Dans la vallée de l’Orne; à une poignée de kilomètres au nord de Thury-Harcourt; la forêt communale de Grimbosq; propriété de la ville de Caen; se situe dans le prolongement de la forêt domaniale de Cinglais; à laquelle elle appartenait autrefois. Un petit paradis vert comme on les aime; sillonné d’eaux vives et peuplé d’une myriade de créatures de toutes sortes. Ici ça pousse; ça court; ça vole; ça nage… En d’autres termes; ça grouille de vie.


En 1632; une étrange affaire met un coup de projecteur sur ces confins du Bassin parisien (au sens géologique du terme); là où les sols calcaires du jurassique cèdent la place aux grès durs du Massif armoricain; forgés par la terre pendant son enfance. Un contemporain rapporte que « dans la forest de Singlaiz […] une beste sauvage a dévoré quinze personnes. » Un autre témoin donne une description terrifiante de l’animal anthropophage : « La dite bête présente l’apparence d’un tigre à l’avant. À l’arrière; elle ressemble à un lion; les pattes pareilles aux se...
 

Il vous reste 85 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 



 
Copyright©reference-toi.com  Flux du site RSS      Partenaires      Contact